Comment agir ?

Vous êtes dans un établissement scolaire catholique en France et vous voulez faire un projet avec des homologues de Terre Sainte ? Ne restez pas seul !

Plusieurs conseils

Le Réseau Barnabé vous donne le moyen de bénéficier de l’expérience des autres et de concourir à une politique de soutien durable à l’éducation chrétienne en Terre Sainte. Son objectif est de vous accompagner, de mutualiser les bonnes idées, de nous coordonner pour que nous nous complétions. Chaque projet mérite une réflexion spécifique que la coordination nationale peut vous aider à conduire.

  • La première aide que vous puissiez apporter est de vous intéresser sincèrement aux écoles de Terre Sainte. Leur isolement est à l’origine de beaucoup de souffrance. C’est contribuer à les faire exister que les visiter, d’échanger avec eux, même lorsqu’on a l’impression de « ne rien faire ». C’est aussi l’occasion d’en apprendre beaucoup sur l’éducation, l’humanité, la foi, l’Église.
  • Tenez compte de la culture et des difficultés conjoncturelles de vos interlocuteurs : un projet qui n’avance pas vite à vos yeux n’est pas nécessairement abandonné ; en Orient en particulier, la correspondance par écrit ne permet pas tout.
  • Ne mêlez pas aide financière et partenariat pédagogique.
  • Respectez spontanément les règles d’une action en réseau : liberté d’initiative, information mutuelle, respect des partenaires, intention éducative commune.

Partenariats bilatéraux entre établissements

Échanges à distance, projets pédagogiques construits en commun, voyages de rencontre et de découverte, animation de camps d’été en français dans les écoles… les projets sont variés.

 

  • Le plus important est d’abord de se connaître ; le reste en découle. Le plus utile n’est pas de vous investir dans un projet d’aide humanitaire à sens unique. Le premier besoin de vos correspondants est d’établir des liens avec vous, d’entretenir une amitié.
  • Pour se connaître, il faut aussi se rencontrer. Dans un projet à long terme, vous ne ferez pas l’économie de vous rendre sur place. Prévoyez un budget pour pouvoir rendre une visite annuelle. La découverte de l’autre et de cette terre passe par cette expérience unique.
  • Pour avancer, il faut construire ensemble. La relation est première. Vos projets prendront forme par la rencontre et par l’échange, de façon à évaluer ensemble ce qu’il convient de faire et à ce que chacun y contribue pleinement.
  • Accueillez vos correspondants en France. Même avec difficulté, vos correspondants peuvent voyager. Découvrir la France avec vous sera pour eux aussi une expérience majeure, et même indispensable dans le cadre de l’apprentissage du français.
  • Participez à la vie du Réseau : aux actions menées en commun comme la formation ou l’accompagnement d’enseignants, le financement de projets précis par le Fonds de solidarité… Dans tous les cas, n’agissez pas seuls et échangez vos informations et vos projets.

À voir aussi

Ce mémo partage l'expérience d’une année d’échanges entre trois classes de l’école Saint-Jean de Passy à Paris et trois classes de niveau équivalent dans deux écoles à Bethléem.