CORRESPONDANCE ÉPISTOLAIRE : PETIT MODE D’EMPLOI

Ce mémo partage, en toute modestie, l'expérience d’une année d’échanges entre trois classes de l’école Saint-Jean de Passy à Paris (une classe de grande section de maternelle et deux classes de CM2) et trois classes de niveau équivalent à Bethléem (école des Sœurs de Saint-Joseph et école des Frères de La Salle).
 
Avant tout, une visite sur www.reseaubarnabe.org semble indispensable. Le réseau Barnabé y est décrit, ses activités détaillées, et de nombreuses photos illustrent les partenariats établis depuis 2007. Son responsable, Jean-François Canteneur, sera heureux de vous transmettre les coordonnées internet d’un correspondant, professeur de français en Terre Sainte, enseignant dans une classe d’un niveau équivalent au vôtre.
 
Il est nécessaire qu’un échange au sein de l’école soit cautionné par son chef d'établissement et son aumônier. Son passage dans la classe en début d’année permettra aux enfants de comprendre le « pays de Jésus » dans sa dimension historico-spirituelle, alors que l’enseignant abordera l’environnement géopolitique, et pourra aussi développer la notion de point de vue.
 
Puis, il vous faudra établir un calendrier des envois. L’envoi de quatre lettres dans l’année me semble suffisant pour que les enfants établissent une passerelle culturelle. Aussi, leur fréquence ne sera pas trop pesante au vu d’un programme scolaire souvent chargé, que ce soit en Palestine/Israël ou en France.
 
D’autre part, en marge de l’échange entre élèves, une correspondance par e-mail nourrie doit être établie entre les deux enseignants correspondants, la personnalité de chacun pouvant faire fructifier les envois.
 
Quelques idées de thèmes imposés - pour la cohérence du projet :
  • Connaissance de l’autre (présentation de la classe, proportion filles/garçons, photo de classe, de l’école, etc.)
  • Fête de Noël (comment célèbre-t-on Noël, menu des repas, cadeaux souhaités, vœux pour l’année qui vient, éventuellement échange de petits cadeaux)
  • Nourriture (quelles habitudes/goûts alimentaires – éventuellement en relation avec la religion, la cantine, échange d’une recette emblématique)
  • Jeux et sports (les performances, goûts, jeux de récréation, jeux de société, de cartes, éventuellement envoi d’un jeu apprécié par toute la classe)
  • Avenir (que souhaite-t on faire plus tard, l’avenir de sa famille, son pays)
  • Famille (importance de son unité, présence des différents membres sous un même toit, éloignement géographique, souhaits pour l’avenir)
Les thèmes sont nombreux, il est juste important que les lettres s’échangent au même rythme, elles quittent leur pays respectif en même temps. Les aléas du courrier sont trop importants pour qu’une correspondance suivie ait lieu sereinement. On peut aussi profiter des avantages que présente l’e-mail, seul bémol : les envois, souvent accompagnés de petits cadeaux, bricolages, documents, ne peuvent éviter l’usage de La Poste.

Certains livres peuvent aider les enfants à mieux connaître la Terre Sainte, de l’histoire des premiers temps de la Bible jusqu’à la vie quotidienne actuelle ; des albums, documentaires et romans s’adressant aux enfants des cycles II et III peuvent être un soutien pour les élèves français (voir la page bibliographie). Néanmoins, l’objectivité des écrits étant rare, il est indispensable que l’enseignant les ait lus auparavant.