Camps d'été‎ > ‎2013‎ > ‎

Prendre de la distance

publié le 1 août 2013 à 06:00 par Réseau Barnabé
Notre journée au désert fut profonde et ressourçante, bien qu’exigeante. En effet, marcher pendant quatre heures sous le soleil et sur des pistes difficilement praticables n’était pas de tout repos mais notre consolation était le silence et ce petit ruisseau qui nous précédait dans notre marche. Elle m’a permis de prendre de la distance entre une réalité palestinienne et une réalité israélienne, si proches et si diamétralement opposées. J’ai aimé goûter aux prémices de chaque journée. C’est à l’aurore que j’ai le plus apprécié la Belle Jérusalem. En effet, faire le choix de s’aventurer à 5 h du matin dans le lieu la résurrection, « le Saint-Sépulcre », n’a pas d’équivalent. C’est à ce moment-là, accompagné du silence, que j’ai pu apprécier ce lieu qui habituellement cache toute sa mesure derrière le bruit des visiteurs. Cette expérience teinta ma journée et mon regard d’une joie paisible et d’un entrain vivant. Palestiniens et Israéliens, sont tous des Hommes. Toutes les rencontres que j’ai pu faire se résument en cette phrase : mon humanité a rencontré l’humanité de Johnny (Palestinien chrétien), de Nahed (Palestinienne musulmane) et Réhouvan (Israélien juif). (Patrick)
Comments