Camps d'été‎ > ‎2012‎ > ‎

Vendredi 20 juillet : La journée des contrastes

publié le 23 juil. 2012 à 13:43 par Réseau Barnabé   [ mis à jour le·3 août 2012 à 23:51 par JF CANTENEUR ]

Vendredi matin avait lieu le dernier temps avec les enfants de l’école… matinée à la fois remplie de joie des relations tissées au fil des jours, des progrès faits par chacun, des jeux organisés ensemble mais aussi un moment où la tristesse de la séparation se peignait sur les visages… A l’année prochaine, inch Allah !

Vendredi après-midi, départ vers Jérusalem en passant par Abu Gosh, monastère bénédictin. La difficulté vécue pour le passage du check point, en particulier en ce premier jour de Ramadan, nous a fait toucher du doigt la dure réalité que vivent jour après jour les Palestiniens, à savoir cette non liberté de mouvement, ce sentiment d’enfermement. Ce qui m’a marquée dans cette aventure, pour certains vécue avec appréhension, est l’importance de notre rôle, notre position de chrétien : comme une passerelle, un pont entre les juifs et les musulmans. Autres paroles touchantes : l’exclamation du chauffeur après avoir enfin réussi à passer le check point : « J’ai prié Jésus et il m’a exaucé ! » Après l’agitation au niveau du passage du mur, la paix d’Abu Gosh nous a apporté beaucoup de réconfort : Frère Olivier nous a partagé quelques expériences de rencontres en vérité avec des juifs, des musulmans. A plusieurs reprises, il nous a dit que personne n’a le droit de perdre espérance, même quand la situation politique semble totalement bloquée. Tout le monde a un cœur et la religion doit aider à ouvrir ces cœurs et non à les enfermer dans des certitudes. Il nous a conseillé, à notre retour, de ne pas verser d’huile sur le feu qui brûle déjà, par des témoignages à charge, mais plutôt de verser de l’huile dans les rouages en multipliant, les ponts, les rencontres, en vérité. Dernier contraste vécu en cette journée riche en émotions : ces vagues de musulmans se rendant à la prière sur l’Esplanade des mosquées, montant vers Jérusalem, qui sont source de tension pour les juifs, et pour moi, chrétienne, signe que Dieu habite le cœur de chaque homme, peu importe la religion. (Anne-Marie)

Comments