Camps d'été‎ > ‎2011‎ > ‎

Vendredi 15 juillet, Découverte du trésor

publié le 18 juil. 2011 à 08:55 par Réseau Barnabé   [ mis à jour le·23 juil. 2011 à 21:38 par JF CANTENEUR ]
Trésor partagé
Je vais vous raconter la journée en détails, ou au moins essayer. Petite anecdote pour commencer : je suis un peu le retardataire du groupe, mais ce jour-là, je ne l’étais pas. La journée commence bien, comme d’habitude. Ce vendredi, nous conservons les mêmes équipes toute la journée dans les activités pour préparer le spectacle devant les familles. C’est l’équipe Napoléon qui commence par annoncer aux parents, en français et en arabe, les équipes et ce qu’elles vont présenter. Le but de notre partie était de montrer que l’on peut apprendre le français en s’amusant et en faisant du sport. Cela consistait à faire un relais avec un ballon, chacun à son tour disant : « Je m’appelle… et je passe le ballon à… ».

Dans nos petites scénettes du matin, je jouais le personnage d’Ali Baba. Pour finir le spectacle devant les parents, je fais une entrée surprise très remarquée au milieu de la salle avec le trésor à la main. J’ai pris mon rôle très au sérieux et ce fût un moment magique pour moi ainsi que pour les parents, sans oublier la joie des enfants de retrouver ce trésor tant recherché au long de la semaine. Arrivé sur scène, le coffre au trésor est ouvert et chaque enfant reçoit une médaille dorée de Notre-Dame de Paris en souvenir de ce camp d’été en français. Après cette représentation remplie d’émotion, nouveau moment de joie avec les enfants et les parents qui nous félicitent.

De retour à l’hôtel, nous nous préparons rapidement car la directrice nous a tous invités au restaurant. C’est un moment très marquant et l’occasion de faire mieux connaissance avec les professeurs de français de Ramallah avec qui nous n’avions pas eu le temps d’échanger tant que nous avions les enfants avec nous. Ce fût très sympathique. Lors de notre sortie du restaurant, nous avons eu la chance d’assister à la fin d’un festival de danse traditionnelle en plein air. Ce soir-là, j’ai vu une ville comme toutes les autres présenter ses racines de la plus belle manière qui soit !
(Yannick)
Comments