Camps d'été‎ > ‎2011‎ > ‎

Dimanche 17 juillet, Havre de Paix entre Ramallah et Jérusalem

publié le 18 juil. 2011 à 12:36 par Réseau Barnabé   [ mis à jour le·23 juil. 2011 à 13:07 par JF CANTENEUR ]
Rencontre avec le frère Olivier à Abu Gosh
Départ matinal de Ramallah après une longue et bonne semaine avec les enfants qui nous manquent déjà. On prend la direction d’Abu Gosh pour y passer la journée avant d’arriver à Jérusalem. A notre grande surprise, le check-point a été rapide, avec un soldat israélien sympathique. Nous arrivons à Abu Gosh en avance, ce qui nous permet de découvrir ce petit coin de paradis dans un village musulman. Le frère Olivier est un personnage exceptionnel, par sa façon d’être — un homme plutôt rigolo — mais surtout par ses témoignages et son espérance pour la paix. Il nous invite à surveiller notre discours pour, comme dit monseigneur Charles, ne pas jeter de l’huile sur le feu mais plutôt mettre de l’huile dans les rouages. C’est gentil de sa part de nous avoir accueillis, présenté la communauté, et d’avoir pris du temps pour discuter avec nous avant et après la messe.

La messe est en français, animée par les moines et les moniales d’Abu Gosh. Ce n’était pas la première fois pour moi, car je connaissais le monastère du Bec-Hellouin où toute la communauté se retrouve dimanche seulement alors qu’à Abu Gosh, moines et moniales sont ensemble pour tous les offices. Certains ont été touchés par les chants pendant la messe, ce qui aide vraiment à prier. Avant la bénédiction finale, le père Charles, abbé, nous délivre spécialement un message : N’ayez pas peur des paradoxes et bénissez vos ennemis. Il faut fermement croire à la paix. Gardez le regard innocent de la jeunesse, sans vous laisser polluer les discours désespérés et qui ne juge pas : un regard de lumière sur notre humanité.

Après un petit pique-nique dans les jardins sublimes du monastère, après-midi était reposante : promenade à Quiriat-Yéarim pour certains, sieste pour les autres. Notre visite à Abu Gosh se termine par les vêpres suivie de quelques moments d’échange très enrichissants avec toute la communauté. La visite à Abu Gosh a été une très bonne transition entre Ramallah et Jérusalem. Le soir, nous arrivons à Jérusalem, au couvent de l’Ecce Homo, où nous nous sommes bien installés dans les dortoirs. Certains ont passé une bonne nuit de sommeil alors que d’autres étaient dérangés par les muezzins, et les coqs !
(Dilany)
Comments