MISSION D'EXPERTISE ET DE COORDINATION

DE LA COORDINATION NATIONALE DU RÉSEAU BARNABÉ,
À JERUSALEM, EN ISRAËL ET DANS LES TERRITOIRES PALESTINIENS DU 28 NOVEMBRE AU 4 DÉCEMBRE 2011

Du 28 novembre au 4 décembre 2011, six acteurs de l'Enseignement catholique français se sont rendus à Jérusalem, dans les Territoires palestiniens et en Israël pour une nouvelle mission d'expertise et de coordination des projets mis en œuvre dans le cadre du Réseau Barnabé. Cette mission a plusieurs objectifs :
  1. Observer dans leurs classes la pratique des professeurs de français accueillis en programme d'été en France
  2. Impliquer deux nouveaux experts français dans l’accompagnement et le conseil pédagogique des professeurs
  3. Évaluer les actions en cours avec les directeurs d'école et les autorités, faire le point sur les nouveaux besoins (en particulier à Naplouse et à Tel Aviv)
  4. Inaugurer un nouveau partenariat de coopération par la visite d'un responsable du secteur hôtellerie d'Albert-de-Mun à Paris à la Section professionnelle hôtelière du Institut Notre-Dame de Jérusalem
  5. Préparer les prochaines actions et soutenir les projets bilatéraux entre établissements français et de Terre Sainte
Cette mission a été effectuée en partenariat avec le Consulat général de France à Jérusalem et l'Ambassade de France à Tel Aviv.
 

Dimanche 4 : prochains séminaires à Yad Vashem

publié le 5 déc. 2011 à 02:08 par Réseau Barnabé   [ mis à jour le·5 déc. 2011 à 02:08 par JF CANTENEUR ]

En début de matinée, nous nous rendons au mémorial des héros et martyrs de la Shoah de Yad Vashem pour y retrouver les responsables du bureau francophone de l'École internationale de l'Enseignement de la Shoah. Il s'agit de préparer la prochaine visite des directeurs diocésains de l'Enseignement catholique en France en février prochain et le deuxième séminaire sur l'enseignement de la Shoah pour enseignants et éducateurs chrétiens, du 27 octobre au 4 novembre 2012.

Samedi 3 : bilan et dernières visites

publié le 3 déc. 2011 à 21:11 par Réseau Barnabé   [ mis à jour le·5 déc. 2011 à 01:17 par JF CANTENEUR ]

Après une matinée de travail pour reprendre nos observations de la semaine et commencer la rédaction des rapports et les suites à donner, nous nous rendons dans la vieille ville de Jérusalem. Nous y visitons les soeurs de Saint-Joseph et leurs professeurs de français. Le projet d'ateliers d'écriture avec les lycéennes de cet établissement se concrétise.
 
Notre dernière visite sera pour l'évêque syriaque de Jérusalem, après les vêpres de l'entrée en dimanche, qui nous rappelle l'histoire de l'Église d'Antioche et nous fait part de la situation actuelle de sa communauté. Il nous encourage à développer le projet d'introduction du français à l'école syriaque de Beit Jala (Bethléem) que nous avons étudié lundi en visitant cette école.
 
Fin de journée à la résidence du Consul général de France à Jérusalem pour une soirée de gala du lycée français de Jérusalem.

Vendredi 2 : Tel Aviv

publié le 1 déc. 2011 à 15:01 par Réseau Barnabé   [ mis à jour le·20 mai 2012 à 08:27 par JF CANTENEUR ]

Au collège des Frères à Jaffa
Nous nous rencons à Jaffa, la vieille ville deTel Aviv, pour rencontrer professeurs et directrice du Collège des Frères. Nous y retrouvons Michel Wauthion, attaché pour le français au service de coopération de l'Ambassade de France. Le Collège fêtera son 130e anniversaire en 2012. Il compte 718 élèves : 10 % de juifs, 58 % de arabes (chrétiens pour 1/3), 32 % de russes et d'étrangers.
 
Un « centre culturel » a été créé dans l’établissement cette année pour enrichir l’environnement francophone des élèves par des activités péri-éducatives l’après-midi. Enseignant le programme français de la 4e au baccalauréat, l'homologation des petites classes est en projet. Les visites de classes montrent que les enfants dès le CP s’expriment et participent bien. Ils sont initiés à l’écriture cursive. L’affichage didactique en classe est adapté. Nous évoquons des projets de partenariats avec des établissements catholiques en France.
 
En fin de journée, nous rencontrons le Consul général adjoint de France à Jérusalem pour faire le point.

Jeudi 1er : Ramallah

publié le 1 déc. 2011 à 14:42 par Réseau Barnabé   [ mis à jour le·20 mai 2012 à 08:26 par JF CANTENEUR ]

Récréation à l'école melkite à Ramallah
Visite de l'école grecque catholique melkite de Ramallah ce matin. Les élèves sont joyeux, bien tenus, cherchent à communiquer. Les professeurs ont progressé grâce au programme d'été : lecture syllabique, passage à l'écrit en lien avec l’oral, recherches d'outils sur le code, le sens, apport culturel en lien avec l’expression... Les collégiens s’expriment bien, acceptant de sortir de leur préparation écrite et de débattre. Nous nous engageons à faire une analyse écrite sur le choix des manuels adaptés au contexte de l’établissement. A la récréation, ce sont des retrouvailles joyeuses avec les élèves qui ont participé aux derniers camps d’été. Ils ont une inquiétude : les animateurs français seront-ils au rendez-vous l’été prochain ? Nous les rassurons
 
Nous rencontrons le père Faycal, curé de Ramallah et responsable du réseau des écoles du patriarcat latin. Il développe plusieurs projets de formation professionnelle pluridisciplinaires : cuisine, restauration, hébergement, à Ramallah et à Beit Sahour (près de Bethléem). L’objectif est d’offrir un choix positif, et non pas une orientation par élimination, pour des jeunes qui prépareraient des brevets professionnels attendus dans le contexte local. Cela viendrait également développer une offre de formation cohérente avec l’enseignement technique supérieur de l’institut Notre-Dame à Jérusalem, voire le département hôtelier de l’Université catholique de Bethléem. Les financements privés en seraient d’autant facilités, ainsi que l’aide prioritaire du gouvernement français.
À la cathédrale grecque-catholique melkite de Jérusalem
 
A Taybeh, village voisin, nous rencontrons la nouvelle volontaire de solidarité internationale envoyée par la DCC et sur ces premières semaines d'enseignement. L'école est toujours aussi à la pointe de l'enseignement du français.

Nous terminons la journée à la cathédrale grecque catholique melkite de Jérusalem pour la messe et une rencontre avec Monseigneur Joseph-Jules Zerey. Avec enthousiasme et chaleur, il nous dit la responsabilité de la France dans l'éducation et nous appelle à inviter les professeurs et éducateurs chrétiens à retrouver le sens de leur mission dans la foi : c'est parce que nous sommes morts et ressuscités avec le Christ que nous pouvons faire grandir les jeunes.

Mercredi 30 : Naplouse et Aboud

publié le 1 déc. 2011 à 14:23 par Réseau Barnabé   [ mis à jour le·20 mai 2012 à 08:24 par JF CANTENEUR ]

À l'école latine à Naplouse
Notre journée commence par un trajet à travers les montagnes de Samarie vers Naplouse, que nous abordons par le haut du Mont Garizim. Nous visitons les professeurs de l'école latine de Naplouse. Nous constatons un très bon climat à l'école où les jeunes cherchent à communiquer à l'occasion de notre passage. Nous étudions la possibilité pour les professeurs d'effectuer un séjour en immersion en France (Progamme d'été).
 
A Aboud, petit village chrétien près de Ramallah, nous retrouvons Affaf (photo) qui a tiré un grand profit du dernier programme d'été. Elle a développé différents outils et adopte une pédagogie plus dynamique.
 
De retour à Jérusalem, nous rencontrons le père Juan-María Solana, délégué du Saint-Siège pour diriger Notre-Dame Center. Il est essentiellement question du développement du partenariat avec l'institut hôtelier.

Mardi 29 : Jérusalem

publié le 1 déc. 2011 à 14:11 par Réseau Barnabé   [ mis à jour le·20 mai 2012 à 08:23 par JF CANTENEUR ]

Au Collège des Frères à Jérusalem
Nous arrivons au Collège des Frères de la vieille ville de Jérusalem dès la première heure de cours. Nous y rencontrons l'équipe coordinatrice du français et les professeurs qui sont visités dans leurs classes. La qualité constatée ces dernières années est maintenue avec enthousiasme et compétence. L'établissement est heureux de l'évolution des échanges avec un autre établissement lassalien de Paris : La Rochefoucauld. Ces échanges d'élèves et de professeurs évoluent peu à peu vers un véritable jumelage : un engagement réciproque et durable. C'est peut-être en partie dans ce cadre que pourrait être honoré le souhait du Collège de Jérusalem de faire progresser la qualité de la Fête de la Francophonie par de nouvelles idées et de nouvelles ressources d'animation (chant, théâtre).
Au Patriarcat latin de Jérusalem
 
Nous sommes très impressionnés par notre visite complète du site du primaire de l'école des sœurs du Rosaire à Beit Hanina, dans la banlieue de Jérusalem, qui accueille plus de 1000 élèves au sein d'équipement particulièrement bien conçus et utilisés (photo). L'une des jeunes professeurs pourrait bénéficier du prochain programme d'été. Une classe de lycée de l'établissement est prête à être partenaire du projet Théâtre et Civilisation proposé par Saint-Louis - Saint-Clément à Viry-Châtillon.

Lundi 28 : Bethléem

publié le 30 nov. 2011 à 23:12 par Réseau Barnabé   [ mis à jour le·20 mai 2012 à 08:20 par JF CANTENEUR ]

Première visite au Collège des Frères de Bethléem ou nous rencontrons le nouveau directeur, Georges Naber. Marie et Sophie font leurs premières armes avec Brigitte en observant la pratique des professeurs dans leurs classes. Siham, en maternelle, fait preuve d'une belle inventivité. Elle dit sa joie de nous retrouver après son immersion en classe en France en juin dernier. Ce genre d'expérience se traduit par une évolution remarquable que nous constatons dans la pratique des professeurs, en particulier dans ce collège quant aux exigences de l'écrit.
À l'école siryaque de Beit Jala (Bethléem)
Avec Chantal Juge, attachée de coopération au Consulat général de France, nous découvrons l'école syriaque de Bethléem (photo). La directrice souhaiterait introduire le français dont elle confirme qu'elle est une proposition de qualité pour les familles. Le français arriverait entre cinquième position après l'arabe, l'araméen, l'hébreu et l'anglais. La solution retenue serait d'abord des sessions sous forme de camp d'été. Nous quittons Bethléem par une visite rapide de la communauté de bénédictines de rite grec catholique du monastère de l'Emmanuel.

Dans la journée, Jean-Luc a établi les premiers contacts avec le PPHS de Notre-Dame : section hôtelière qui accueille aujourd'hui 200 jeunes en formation métiers de l'hébergement d'une part et cuisine d'autre part. Deux axes de collaboration sont abordés : motivation des étudiants par un accueil à Albert-de-Mun en France pour des stages de deux à quatre mois et l'actualisation des compétences des enseignants à Jérusalem ainsi que la création de nouvelles formations, en pâtisserie en particulier. Ce soutien aux enseignants de Jérusalem pourrait se faire par des interventions sur place de chefs français sous forme de formation et de cours partagés (master class) avec à la clé l'organisation d'une soirée française à Jérusalem.

1-7 of 7