MISSION DE COORDINATION

DE LA COORDINATION NATIONALE DU RÉSEAU BARNABÉ,
À JÉRUSALEM, EN ISRAËL ET DANS LES TERRITOIRES PALESTINIENS DU 3 AU 8 DÉCEMBRE 2012

Du 3 au 8 décembre 2012, trois membres de la Coordination nationale du Réseau Barnabé, réseau de coopération de l’Enseignement catholique français avec les écoles de Terre Sainte, effectuent une mission de coordination à Jérusalem, dans les Territoires palestiniens et en Israël. Cette mission a plusieurs objectifs :
  1. Avec la nouvelle attachée de coopération pour le français du Consulat général de France à Jérusalem, fixer priorités et modalités de collaboration.
  2. Observer dans leurs classes la pratique des professeurs de français accueillis en programme d'été.
  3. Évaluer les actions en cours et les nouveaux besoins avec les directeurs d'écoles et les autorités.
  4. Étudier la poursuite de la coopération avec les sections professionnelles hôtelières du Patriarcat latin à Ramallah et de l'Institut Notre-Dame de Jérusalem.
  5. Préparer les prochaines actions et soutenir les projets bilatéraux entre établissements français et de Terre Sainte
Cette mission a été effectuée en partenariat avec le Consulat général de France à Jérusalem.

Au jour le jour

 Journal de la mission du 3 au 8 décembre 2012 sur facebook.com/reseaubarnabe :

Première journée sur les routes du Nord de la Cisjordanie, avec visite des écoles du Patriarcat latin à Naplouse et à Zababdeh, près de Jénine. Les volontaires DCC qui y sont arrivées il y a deux mois nous disent leur difficulté d'enseigner le français, obligatoire depuis peu dans l'école, et témoignent d'une relation prof./élève bien différente de ce qu'elles connaissaient en France. A Naplouse, nous retrouvons l'équipe des trois professeurs toujours aussi enthousiastes, avec des élèves souriants, et observons un cours très bien construit, avec des séquences variées et motivantes pour les élèves. Diana invite avec joie le groupe qui viendrait aider à animer un camp d’été à Naplouse : des vacances en français pour les élèves de 8 à 11 ans.Invitation à NaplouseDiana, professeur de français à l'école latine de Naplouse, vous invite à venir participer à l'animation d'un camp d'été en français pour ses élèves.

Ce mardi à Ramallah, nous visitons l'école catholique melkite à où Ruba fait un bel exercice de transmission de son savoir-faire à Neveen, nouveau professeur de français. A l'école latine, une organisation positive se met en place avec deux nouveaux professeurs assistés de volontaires DCC, chacun se faisant passeur de langages dans la complémentarité. Nous rejoignons une réunion de tous les directeurs d'écoles privées chrétiennes des Territoires palestiniens avec les représentants du ministère de l'éducation - une première - avant de déjeuner avec eux dans le restaurant d'application de la nouvelle section hôtelière de l'école où 10 jeunes lycéens se préparent en deux ans à l'examen scolaire final en hôtellerie. Beaucoup de nouveautés et de projets porteurs... sous une pluie diluvienne !

Troisième journée de mission, cette fois à Jérusalem et alentours. Nous observons des cours bien construits de Micheline et Nadia chez les soeurs du Rosaire. L'une a bénéficié d'un mois de stage en immersion en France en juin dernier, l'autre sera accueillie dans le même Programme d'été l'an prochain. L'établissement a plusieurs projets de partenariats dont celui avec S.-Louis - S.-Clément à Viry-Chatillon. Visites également chez les frères et chez les soeurs de Saint-Joseph où nous imaginons les prochaines actions, ainsi qu'à la section hôtelière de l'Institut Notre-Dame. Enfin, rendez-vous avec Mgr Shomali, évêque auxiliaire de Jérusalem, où nous parlons de l'enseignement du français dans les écoles latines et surtout au séminaire. De nouvelles idées voient le jour pour y encourager l'apprentissage et l'usage du français chez les séminaristes, une priorité. A suivre...

Journée de mission à Bethléem avec la visite des professeurs du Collège des Frères et des Soeurs de Saint-Joseph ayant participé au Programme d'été d'immersion en France en juin dernier. Leurs progrès sont significatifs. Le travail est de qualité et les équipes de ces établissements vont bien. Plusieurs projets de partenariats existent ou sont à développer : les élèves ont besoin de motivation, de pratique de la langue, d'ouverture culturelle... L'école syriaque poursuit sa première année d'initiation au français et souhaite bénéficier d'un nouveau camp d'été en français. A l'Université de Bethléem, nous sommes reçus au département Tourisme et Hôtellerie où le français tient une place grandissante et où les partenariats avec la France ont très importants pour le métier. Enfin, le recteur du séminaire cherche également des moyens de développer la pratique du français essentielle aux séminaristes pour leurs études : un camp d'été spécial avec petits-séminaristes et séminaristes est une piste sérieuse : les groupes de français y seront accueillis avec joie pour partager une dizaine de jours l'été prochain !

Journée de conclusion avec la réunion près de Bethléem de 24 professeurs de français des écoles catholiques latines de toute la Cisjordanie. En présence de l'attachée de coopération pour le français du Consulat général, notre experte donne une formation sur l'importance de l'acquisition du vocabulaire oral et écrit. Elle donne l'occation d'analyser les exercices construits par les professeurs dans leurs classes et de leur proposer de nouvelles pistes. Dans l'après-midi, rencontre avec l'attachée de coopération humanitaire et la chargée de mission coopération décentralisée : nous évoquons tous les partenariats bilatéraux engagés par les établissements catholiques français avec les écoles de Terre Sainte et leur cohérence avec les politiques engagées par les collectivités territoriales françaises... des soutiens à trouver pour ces projets.

En une semaine de mission, nous aurons rencontré plusieurs évêques et le recteur du séminaire catholique latin, ainsi qu’une vingtaine de directeurs d’école. Nous avons visité 45 professeurs de français en assistant au cours de 10 d’entre eux. Et nous avons établi un nouveau plan de travail avec les équipes du Consulat général de France. Ce soir, nous terminons notre mission comme elle avait commencé, par les vêpres au Saint-Sépulcre. En parcourant les rues de la vieille ville de Jérusalem, nous reconnaissons deux jeunes élèves des sœurs de Saint-Joseph qui soutiennent leur grand-mère. Sur le chemin du retour, Khader nous interpelle en français devant la boutique de son père : il veut nous dire qu’il parle lui aussi français et qu’il était en France récemment. En échangeant avec lui, nous nous rendons compte qu’il s’agit du jeune pâtissier que le directeur de l’American Colony Hotel nous disait hier soir avoir envoyé se perfectionner chez Paul Bocuse. Mais ce soir, Khader voudrait nous parler de son ami Tareq, qui voudrait vraiment être un des meilleurs dans son métier et se perfectionner encore en pâtisserie en France. Son chef, Johnny, que nous rencontrions ce midi à la cuisine du Legacy Hotel, est une personnalité : avec ses amis, un chef musulman et un chef juif, il a créé « Chefs for Peace »... Ce soir, les rues de Jérusalem prennent un air de famille : par quelques mots en français, le soutien apporté à l’éducation et à la formation d’une génération, ce territoire à la fois si proche et si étranger nous apparaît comme traversé par un grand réseau d’espoir et d’amitié.